Quels sont les frais à prévoir lors d’une transaction immobilière

906
Partager :
Quels sont les frais à prévoir lors d'une transaction immobilière

Lors de la vente d’un bien immobilier, on peut retrouver des frais supplémentaires qui peuvent s’ajouter au prix de vente, et ces derniers sont à prendre en considération en plus de la transaction immobilière. Ces frais, appelés « frais de vente », sont des coûts qui sont généralement à la charge du vendeur. Mais de quels frais parle-t-on exactement ?

Les frais d’agence immobilière

Lorsque vous vendez votre bien immobilier, vous pouvez faire appel à une agence immobilière pour vous aider dans la vente, par exemple. Mais, si une agence immobilière peut être un très bon accompagnement, il faut noter que les frais d’agence immobilière sont à la charge du vendeur et peuvent représenter une somme importante. En effet, selon les prestataires, les frais d’agence montent potentiellement jusqu’à 8 à 10% du prix de vente. C’est un budget à ne pas négliger.

Lire également : Geofoncier : fonctionnement et avantages de ce service d'information foncière en ligne

En ces termes, il est essentiel de bien étudier les différentes offres des agences immobilières avant de signer un quelconque mandat de vente. Les frais d’agence peuvent varier en fonction des prestations proposées par l’agence et de la région où se trouve le bien immobilier, par exemple. Il est également tout à fait possible de négocier les frais d’agence avec l’agence immobilière, il est ainsi inutile de se braquer à l’idée d’en contacter un.

Les frais de mutation

Les frais de mutation, ce sont des frais supplémentaires qui sont dus lors de la vente d’un bien immobilier. Ces frais sont généralement à la charge de l’acheteur, mais dans certains cas, ils peuvent être partagés entre le vendeur et l’acheteur. Pour ces raisons, il vaut mieux savoir jeter un œil dessus.

A découvrir également : Les avantages fiscaux de l'investissement immobilier

Les frais de mutation comprennent les droits d’enregistrement, les frais de notaire ainsi que les frais de publicité foncière. Les droits d’enregistrement, également appelés « droits de mutation », représentent ici une taxe perçue par l’État lors de la vente d’un bien immobilier. Cette taxe varie surtout en fonction de la valeur du bien immobilier vendu.

Pourquoi les frais de notaire ? Les frais de notaire sont des frais qui sont dus pour la rédaction de l’acte de vente et la signature de celui-ci. Ces frais sont calculés en fonction de la valeur du bien immobilier vendu. Ils peuvent tout autant varier par rapport à la région où se trouve le bien immobilier.

Concernant les frais de publicité foncière, ce sont des frais qui sont dus pour l’inscription de l’acte de vente au fichier immobilier. Ces frais sont également calculés en fonction de la valeur du bien immobilier vendu.

Quels sont les frais à prévoir lors d'une transaction immobilière

Les autres frais de transaction en cas d’achat d’un bien

Il existe d’autres frais à prévoir lors d’un achat immobilier. On peut par exemple noter :

  • Les frais de dossier : les frais de dossier sont des frais administratifs qui sont facturés par la banque qui finance l’achat. Ils représentent généralement quelques centaines d’euros et peuvent varier d’une banque à l’autre.
  • Les frais de garantie : les frais de garantie sont liés à la mise en place d’une garantie de prêt immobilier. Ils représentent jusqu’à 1% du montant du prêt.
  • Les frais de travaux : les frais de travaux sont à prévoir si le bien immobilier nécessite des travaux avant l’emménagement. Ils peuvent varier en fonction de l’état du bien et de l’ampleur des travaux à effectuer.

Ici, le vendeur n’est pas concerné par les frais à moins que demande lui en soit faite pour les travaux et réparations, par exemple.

Les frais de notaire

Les frais de notaire sont à prévoir lors d’une transaction immobilière. Ils sont calculés en fonction du prix d’achat du bien immobilier et représentent une part importante des coûts associés à l’acquisition.

Le montant des frais de notaire peut varier selon plusieurs facteurs tels que la nature du bien (ancien ou neuf), sa localisation géographique, le type de vente (vente en VEFA, vente classique…) etc.

En général, les frais de notaire représentent entre 7% et 8% du prix d’achat pour un bien ancien et entre 2% et 3% pour un bien neuf. Ces frais peuvent sembler élevés, mais ils comprennent plusieurs prestations importantes telles que :
• Les droits d’enregistrement
• La rémunération du notaire
• Les débours : correspondant aux sommes engagées par le notaire pour obtenir les pièces nécessaires à la réalisation des formalités liées à l’acte de vente.

Il convient de souligner que cette rémunération est fixée par décret et qu’elle est identique chez tous les professionnels. Il est également important de préciser que certains éléments supplémentaires peuvent impacter ces frais, tels que la présence d’un prêt immobilier qui impliquera des garanties hypothécaires ainsi qu’un acte supplémentaire devant être réalisé devant le même officier ministériel.

Il est recommandé aux acquéreurs immobiliers de se renseigner auprès des professionnels compétents afin d’estimer au mieux leurs besoins ainsi que leurs capacités financières sur chaque point mentionné ci-dessus.

Les frais de garantie hypothécaire

En plus des frais de notaire, les acquéreurs immobiliers doivent aussi prendre en compte les frais de garantie hypothécaire lors d’une transaction immobilière.

Cela concerne principalement les personnes ayant souscrit un prêt immobilier. Effectivement, la banque prêteuse exigera une garantie pour le remboursement du prêt. Cette garantie peut être une hypothèque ou un cautionnement.

Dans le cas où l’emprunteur opte pour l’hypothèque, il devra payer des frais à hauteur de 1% à 2% du montant du crédit immobilier. Ces frais couvrent notamment les coûts liés aux formalités administratives ainsi que la rémunération du conservateur des hypothèques qui gère et conserve l’hypothèque.

Si l’emprunteur préfère se tourner vers la caution, il devra alors s’acquitter d’un certain nombre de frais tels que :
• Les honoraires de la société qui fournit la caution
• Les commissions éventuelles perçues par les intermédiaires proposant cette solution

Vous devez bien comparer ces deux solutions afin d’avoir une idée précise sur ce choix important, car ces dernières sont très différentes et peuvent avoir un impact financier variable selon plusieurs éléments comme le montant total emprunté ou encore le taux pratiqué par chaque entité concernée dans cette opération.

Lorsque vous achetez un bien immobilier avec un prêt immobilier associé, vous devez inclure les frais dans le calcul de budget prévisionnel, afin d’éviter des surprises désagréables et d’anticiper au mieux la totalité des coûts liés à l’acquisition immobilière.

Partager :