9 manœuvres à connaître pour passer le permis

1103
Partager :

Pour obtenir leur permis de conduire, les candidats doivent prouver à l’examinateur qu’ils maîtrisent leur véhicule en toutes circonstances. Pour ce faire, vous devez exécuter deux manœuvres parmi les neuf existantes pour l’examen du permis de conduire. La première est imposée par l’inspecteur de la conduite tandis que la seconde est à choisir par le futur conducteur. Afin de prouver à l’inspecteur que vous pouvez évoluer en toute sécurité sur la voie publique, voici les 9 manœuvres à connaître absolument.

1.    Le stationnement en créneau

Le moniteur de votre auto école vous l’a sans doute répété tout au long de la formation pratique, le créneau s’effectue en marche arrière. Cette manœuvre consiste à garer la voiture sur une place de parking, délimitée souvent par deux autres véhicules dont l’un devant et l’autre derrière. Pour vous garer en créneau, mettez votre clignotant, puis insérez-vous dans la place de parking. Ensuite, reculez avec douceur en gardant les roues droites et braquez complètement du côté où vous allez garer. Une fois engagé dans la place de parking, contrebraquez et centrez-vous bien pour finir.

Lire également : Comment calculer le malus écologique en 2021 ?

2.    Le stationnement en épi avant

Lors du passage de l’examen du permis de conduire, l’inspecteur peut aussi vous demander de vous garer en épi. Le rangement en épi est une manœuvre qui peut s’effectuer en marche avant ou en marche arrière. Pour se garer en épi par marche avant, entrez lentement dans l’emplacement et n’oubliez pas d’indiquer votre intention en activant votre clignotant.

3.    Le stationnement en épi arrière

La place de parking de rangement en épi est généralement délimitée par des lignes qui forment un angle de 45, 60 ou 75 degrés avec la chaussée. En arrière, le rangement en épi peut être un peu compliqué. Vous devez utiliser la marche arrière et braquer le volant dès que votre portière se trouve au niveau du deuxième feu du véhicule situé à côté.

A lire en complément : Quels sont les derniers modèles de boites à crabot sur le marché ?

4.    Le stationnement en bataille avant

Se garer en bataille est l’une des manœuvres les plus simples de l’examen du permis de conduire. Cela peut se réaliser en marche avant ou en marche arrière. Pour le rangement en bataille avant, enclenchez votre clignotant et insérez-vous dans la place délimitée. Veillez à laisser un espace suffisant entre votre véhicule et ceux garés à côté.

5.    Le stationnement en bataille arrière

Une voiture garée en bataille se trouve suivant des lignes droites qui forment un angle de 90 degrés avec le bord de la chaussée. Pour stationner en bataille arrière, vous n’avez qu’à suivre les étapes du stationnement en épi. Cependant, le repère est cette fois-ci le premier feu arrière du véhicule. Veillez à respecter les distances d’usage des voitures qui vous entourent.

6.    La marche arrière en ligne droite

Lors de votre apprentissage pratique, vous avez certainement appris à faire la marche arrière en ligne droite et en courbe. En ligne droite, prenez un repère au niveau de la voiture et du trottoir, puis passez la marche arrière. Reculez à allure réduite sans donner d’à-coups et sans percuter le trottoir.

7.    La marche arrière en courbe

Pour effectuer une marche arrière en courbe, utilisez votre volant avec délicatesse, puis reculez avec votre clignotant et prenez la courbe doucement. Veillez à utiliser le rétroviseur du côté de la courbe et à ne pas trop vous en éloigner.

8.    Le demi-tour en trois temps

Pendant l’examen pratique du permis de conduire, l’examinateur peut vous demander de réaliser un demi-tour en 3 temps. C’est une manœuvre qui consiste à retourner la voiture à 180 degrés même lorsque l’espace est étroit pour le faire en une seule fois. Le demi-tour en trois temps est une manœuvre à maîtriser par tout conducteur qui se retrouve dans un cul-de-sac ou dans une voie sans issue en agglomération.

9.    L’arrêt avec précision

Durant l’examen pratique du permis de conduire, l’inspecteur peut demander au candidat d’arrêter la voiture avec précision. Il indiquera un point d’arrêt et au volant, le futur conducteur devra ralentir progressivement jusqu’à ce-ci pour s’y arrêter en toute sécurité.

10 Les manœuvres d’évitement en situation d’urgence

Lors de l’examen du permis de conduire, des imprévus se présentent et nécessitent une réaction rapide et adaptée.

La première manœuvre d’évitement à connaître est l’évitement vers la gauche. Cette tactique consiste à dévier brusquement le véhicule vers la gauche pour éviter un obstacle qui se trouve sur la voie de droite. Pour effectuer cette manœuvre en toute sécurité, il faut garder son calme et agir avec rapidité. Vous devez signaler votre intention en actionnant le clignotant afin d’avertir les autres usagers de la route.

Quant à l’évitement vers la droite, il s’agit là encore de dévier le véhicule rapidement mais cette fois-ci vers la droite pour éviter un obstacle situé sur la voie de gauche. Là encore, une vigilance accrue ainsi qu’une coordination précise sont indispensables pour exécuter cette manœuvre efficacement.

Une autre technique vitale lors des situations d’urgence est celle du freinage d’urgence ou freinage anti-blocage (ABS). Elle permet au conducteur de stopper le véhicule dans les plus brefs délais sans perdre le contrôle directionnel grâce à un système électronique embarqué. Certains modèles automobiles sont équipés du dispositif ABS qui empêche les roues du véhicule de bloquer pendant le freinage intensif.

Il est crucial de maîtriser la technique du contre-braquage pour éviter une perte de contrôle en cas d’aquaplaning. En effet, lorsque les pneus perdent leur adhérence sur une surface mouillée ou glissante, le véhicule peut facilement déraper et entraîner des conséquences dramatiques. Le contre-braquage permet alors au conducteur expérimenté de reprendre rapidement le contrôle du véhicule en ajustant sa trajectoire grâce à une manœuvre subtile du volant.

La pratique régulière de ces manœuvres d’évitement en situation d’urgence est essentielle pour garantir la sécurité routière. Il est donc recommandé aux futurs conducteurs de s’exercer avec un professionnel qualifié dans des conditions sécurisées afin d’acquérir les compétences requises pour réagir efficacement face à ces situations critiques. Rappelons que l’objectif ultime reste avant tout la préservation de vies humaines et la prévention des accidents graves sur nos routes.

11 La conduite en marche arrière sur une pente

Lors de l’épreuve du permis de conduire, une des manœuvres qui peut s’avérer délicate est la conduite en marche arrière sur une pente. Cette situation requiert à la fois précision et maîtrise pour éviter tout accident ou dommage matériel.

Si vous devez descendre une pente en marche arrière, adoptez une approche plus progressive avec des mouvements lents et contrôlés du volant. Utilisez aussi le frein moteur pour ralentir progressivement sans solliciter excessivement les freins conventionnels qui risqueraient rapidement de perdre leur efficacité.

Notez que la conduite en marche arrière sur une pente nécessite une attention constante et une anticipation accrue des éventuels obstacles ou autres usagers de la route. Soyez vigilants et réactifs pour ajuster votre trajectoire si besoin afin d’éviter tout incident.

La pratique régulière de cette manœuvre, sous l’encadrement d’un instructeur qualifié, permettra aux nouveaux conducteurs de gagner en confiance et en habileté lorsqu’ils auront à effectuer cette manœuvre lors du passage de l’examen du permis. En acquérant ces compétences essentielles, ils pourront circuler sereinement dans toutes les situations rencontrées au volant.

Rappelons que le respect strict des règles de sécurité routière reste primordial quelles que soient les circonstances. La prudence ainsi qu’une conduite responsable sont indispensables pour garantir la sécurité tant des conducteurs eux-mêmes que des autres usagers de la route.

Partager :